Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Discutons de l'Histoire de nos pays pour mieux connaître notre présent et ne plus refaire, espérons-le, les mêmes erreurs que par le passé...

Modérateur: Modérateurs

Elève AllemagnOnaute
Messages: 21
Inscription: Mer 21 Juil 2010 11:51

Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar Porphyrogénète » Sam 20 Aoû 2011 22:10

Saviez-vous qu’avant la Première Guerre mondiale un zeppelin s’était posé en France ? Ce fut le 3 avril 1913 que se produisit cet événement connu sous le nom d’ « incident de Lunéville ». Cet événement m’ayant beaucoup intéressée, je me fais une joie de partager cette histoire avec vous, chers Allemagnonautes !

L’affaire fit grand bruit en ces temps de tensions entre la France et l’Allemagne... Et pour cause : le dirigeable, le LZ-16 (son nom militaire était le Z-IV) était le dernier né de la société Zeppelin et était monté par une commission de réception militaire qui procédait depuis quelques jours à des essais pour savoir si l’armée achèterait le nouveau zeppelin. Or le 3 avril, alors que le ballon avait quitté Friedrichshafen de bon matin pour gagner Baden-Oos et effectuer des essais de hauteur, le froid en haute altitude endommagea l’enveloppe du ballon qui perdait du gaz et ne pouvait se repérer à cause des nuages et du gaz. Quand il fut évident que le zeppelin survolait la France, les officiers présents à bord donnèrent leur accord au pilote atterrir d’urgence, de préférence dans une ville de garnison pour prouver la bonne foi de l’équipage. En effet, le survol de la zone frontière, hérissée d’ouvrages militaires, pouvait facilement passer pour de l’espionnage…
Le zeppelin se posa sur le terrain de manœuvres de Lunéville, où une troupe de cavaliers était passée en revue. Les militaires présents se chargèrent d’assister les aéronautes pour l’atterrissage, alors qu’une foule de curieux accourait pour voir l’appareil. En effet, l’événement était sensationnel : si des ballons s’étaient déjà posés dans la zone frontière, cela n’avait jamais été le cas pour les zeppelins qui passaient pour des engins des plus sophistiqués de l’époque… et l’occasion d’en voir un de près ne se représenterait pas de sitôt !
Cependant, la foule se montra très vite hostile, ce qui mit les militaires et les gendarmes locaux dans l’obligation d’établir un cordon de sécurité en attendant que les aéronautes allemands ne réparent les avaries du ballon. Quant aux relations entre officiers allemands et français, elles furent plutôt cordiales, la troupe fournissant aux arrivants de quoi passer la nuit à bord. Les gradés pour leur part, dans l’esprit « chevaleresque » qui caractérisait les officiers du début du XXème siècle, crurent à la parole d’honneur de leurs homologues allemands quand ceux-ci leur certifièrent qu’ils ne venaient pas espionner et qu’ils avaient atterri à Lunéville par correction. Aussi leur fut donné l’autorisation de se rendre au poste de télégraphe pour contacter la société Zeppelin, leur ambassade à Paris et leurs proches. Quant au zeppelin, il fut immobilisé et des ouvriers locaux aidèrent à la consolidation de la structure endommagée par l’atterrissage brusque de l’engin.
Quand la nouvelle fut connue et confirmée à Paris, des tractations commencèrent entre le ministère de la guerre et les affaires étrangères : un inspecteur de l’aéronautique fut envoyé par le train de nuit à Lunéville pour interroger de nouveau les officiers, tandis qu’en Allemagne, la firme Zeppelin envoyait par train rapide de l’hydrogène comprimé pour regonfler le ballon. L’inspecteur de Paris arriva le 4 avril au matin pour visiter le dirigeable et procéder à son enquête. Tout à fait en accord avec les autorités locales, il décréta que les Allemands avaient atterri en toute bonne foi et qu’ils pouvaient repartir. Avec l’accord de Paris, le gaz envoyé de Friedrichshafen put passer la frontière. Dès onze heures du matin l’équipage du zeppelin pouvait ainsi regonfler le ballon en vue du départ. Peu avant une heure de l’après-midi, celui-ci repartait avec à bord les seuls membres civils de son équipage, tandis que les officiers étaient conduits en automobile à la gare pour regagner l’Allemagne en train. L’aventure n’avait pas duré plus de vingt-quatre heures.
Le zeppelin atterrit en fin d’après-midi près de Metz où, quelques années avant, un hangar avait été construit pour accueillir le premier zeppelin acheté par l’armée en 1907.

L’affaire suscita tout de même quelques interrogation en France : comment un appareil aussi fiable que le zeppelin pouvait s’être égaré de la sorte ? les intentions de l’équipage étaient-elles aussi pacifiques qu’elles le prétendaient ? que faire pour qu’un tel incident ne se reproduise pas ?
Ces questions furent largement relayées par la presse et dénotèrent une certaine méfiance de la part des journalistes envers le voisin allemand. Pour la presse nationaliste, il était clair que les autorités de Lunéville et les gouvernement de la République s’étaient laissé berner par les Allemands qui avaient tout de même parcouru plus de deux-cent kilomètres au-dessus du territoire français, qui plus est dans une zone sensible, constellée de forts et de diverses installations militaires… Cependant, à cette époque, suite à divers sujets de frictions entre la France et l’Allemagne, la méfiance avait gagné les rangs de la gauche hostile à la politique d’armement des deux pays, et ceux du centre, dont la plupart des diplomates se réclamaient. Ces derniers craignaient – et surestimaient – l’influence des milieux nationalistes et militaristes en Allemagne, où les zeppelins étaient vantés comme étant une arme absolue en cas de conflit…
On put pourtant lire le 6 avril que le gouvernement allemand avait présenté ses remerciements à la France pour la rapidité avec laquelle l’affaire avait été résolue et pour la politesse des autorités locales envers les aéronautes. L’incident semblait clos…

Mais quelques jours après, un biplan allemand se posait à Lunéville, et une rixe surmédiatisée entre touristes allemands et Français à Nancy, devaient exaspérer l’opinion française qui réinterpréta l’événement de Lunéville à la lumière des événements récents, et y vit une manifestation d’intentions fondamentalement hostiles à l’égard de la France.
Cette interprétation devait beaucoup au discours martial du Kaiser Guillaume II et au patriotisme exacerbé qu’il affichait, à a politique d’armement qui devait voir la création d’une importante marine de guerre. Le zeppelin, dont les premiers essais avaient eu lieu en 1900, avait connu ses premiers grands succès vers 1906-1907, ce qui avait inauguré une collaboration entre l’armée du Reich et le comte Ferdinand von Zeppelin, concepteur du zeppelin et fondateur des sociétés qui le produisaient. Ce dernier avait su faire parler de son invention dans les journaux à travers toute l’Allemagne : chaque vol était devenu un événement mondain attirant des foules d’admirateurs anonymes, venus regarder planer l’immense appareil, des personnalités renommées venues voler à bord du dirigeables, et de nombreux journalistes accourus pour trouver matière à leurs articles.
Quand la société de Zeppelin faillit disparaître suite à la destruction du LZ-4 à Echterdingen, la presse avait si bien fait l’éloge de l’appareil et de son inventeur que, spontanément et à travers tout l’empire, nombre d’Allemands organisèrent une collecte de fonds. Cela aboutit à la recréation de la Zeppelin Luffschiffbau fin 1908 et de la DELAG un an plus tard. Les raisons de cet enthousiasme allaient bien au-delà de l’admiration pour les pionniers de l’air : le zeppelin de par ses possibles applications militaires, devait constituer une nouvelle arme perfectionnée, utilisée pour la reconnaissance et les bombardements. Et l’adversaire le plus probable en cas de conflit était la France. C’est dans cette perspective que le zeppelin fut érigé en symbole national. On peut ainsi comprendre que les Français vivant dans la région frontière – comme c’était le cas des Lunévillois en 1913 – et les cercles militaires et diplomatiques, attentifs à l’actualité allemande, considéraient le survol de zones militaires avec inquiétude…

La Première Guerre mondiale éclata un peu plus d’un an après l’incident de Lunéville, et les dirigeables allemands servirent à des bombardements qui marquèrent les esprits en France, et bien plus encore, en Angleterre (il faut savoir que dans la seconde moitié du conflit, tous les zeppelins furent affectés à la flotte de la Mer du Nord pour continuer les bombardements sur le sol anglais).
Dans la propagande de guerre française, le zeppelin était dépeint comme un instrument de mort conçu par un ennemi « barbare ». Lorsqu’il fallut, à la fin de la guerre, répondre à la question de la responsabilité dans l’éclatement du conflit, l’incident de Lunéville devait servir de pièce à charge contre l’Allemagne…

Si vous vous intéressez à l’incident de Lunéville et plus particulièrement à l’histoire du zeppelin en général, je me permets de vous conseiller quelques lectures. Il y a malheureusement peu de travaux en français sur ce sujet !
Si vous lisez l’allemand la boutique en ligne du Zeppelin Museum de Friedrichshafen est une vraie mine d’or : http://www.zeppelin-museum.de/online-shop.0.html . La revue annuelle du musée (Wissenschaftliches Jahrbuch) de 2001 propose une très intéressante synthèse sur l’incident de Lunéville : http://www.zeppelin-museum.de/jahrbuech ... mmerce_pi1[showUid]=13&cHash=f1dc0dd051 .
Si vous souhaitez aller plus loin concernant la difficile naissance du zeppelin et le traitement de celui-ci dans la presse, je vous conseille les articles de Henry Cord-Meyer et de Jeannette Zeising dans la revue annuelle de 1998 : http://www.zeppelin-museum.de/jahrbuech ... mmerce_pi1[showUid]=16&cHash=6999ab47d5 . De même, concernant l’histoire de la société et de la collaboration avec les autorités militaires, les articles de Günther Hebert et de Wolfgang Meighörner dans : Zeppelin und Frankreich – Szenen einer Hassliebe, édité et dirigé par Wolfgang Meighörner. Celui-ci est également l’éditeur d’un très bel ouvrage : Das Jahrhundert der Zeppeline.
En français, je vous conseille vivement la lecture des vieux articles de presse relatifs à l’incident de Lunéville sur : http://gallica.bnf.fr/?lang=FR . Vous vous y retrouverez facilement et tout est très bien expliqué. Quant aux journaux d’époque, eh bien ma foi, ils vous dépayseront, car la radio ou la télé n’existant pas encore, le journal était à la foi outil d’analyse et divertissement, donc les journalistes devaient avoir une sacrée plume !
Toujours en français, je vous invite également, si cela vous intéresse, à lire mon mémoire de master consacré à l’incident de Lunéville : La portée de l'incident de Lunéville (1913) dans la perception française de la "menace allemande" avant la Première Guerre mondiale (http://www.grin.com/fr/e-book/174513/la ... -francaise) .

J’espère que cette plongée dans l’univers du zeppelin vous aura plu, et qu’elle aura un peu piqué votre curiosité ! :D
Es ist gar hübsch von einem großen Herrn,
So menschlich mit dem Teufel selbst zu sprechen.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar fifititi » Dim 21 Aoû 2011 00:16

Bon et bien merci.

Ici des infos en langue allemande sur son principal concurrent. :wink:

http://de.wikipedia.org/wiki/Sch%C3%BCtte-Lanz
Dernière édition par fifititi le Lun 19 Mar 2012 09:46, édité 1 fois.
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18115
Inscription: Mar 28 Nov 2006 15:51
Localisation: Alsace

Re: Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar michelmau » Dim 21 Aoû 2011 14:18

Merci pour ce très interessant récit !
Edit; j'avais entendu dire (années 80-90) qu'on travaillait beaucoup sur ce mode de locomotion entre Europe et Amérique pour remplacer, en quelque sorte, les anciens paquebots...Je n'en n'ai plus jamais entendu parler depuis.
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

„Den leeren Schlauch bläst der Wind auf, den leeren Kopf der Dünkel.“
Matthias Claudius (1740-1815), dt. Dichter

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar fifititi » Dim 21 Aoû 2011 14:56

A mon avis il est impossible pour les dirigeables de concurrencer EasyJet. :wink:
Dernière édition par fifititi le Lun 19 Mar 2012 09:47, édité 1 fois.
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Elève AllemagnOnaute
Messages: 21
Inscription: Mer 21 Juil 2010 11:51

Re: Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar Porphyrogénète » Dim 21 Aoû 2011 17:00

Cool les Schütte-Lanz!!! Merci fifititi!!!
Il y avaient aussi les modèles Parsifal semi-rigides qui intéressaient beaucoup Guillaume II et son état-major. Seulement, le comte von Zeppelin avait su jouer de ses relations et avait tout fait pour être le seul à fournir l'armée. Comme en plus il avait véritablement élaboré, depuis 1900, une vraie stratégie de communication et s'était vraiment rallié l'opinion publique allemande, l'armée se fournissait chez lui pour ne pas déplaire au peuple allemand, tout comme le Kaiser aimait à s'afficher en compagnie de von Zeppelin! Et cela a continué jusque pendant la guerre, alors que les faiblesses du zeppelin au combat étaient devenues évidentes!

Pour Michelmau, le dossier dirigeable a été rouvert depuis quelques années: cela pourrait constituer un nouveau moyen de locomotion moins coûteux, et peut-être plus écologique. Au dernier salon du Bourget, un dirigeable a même été présenté... Il était censé voler sans pilote comme un drône, mais aucun essai n'a pu avoir lieu, car je crois qu'une législation en Europe interdit aux ballons de voler sans pilote. Le premier essai aura normalement lieu cet automne, mais avec un pilote à bord. Quant à savoir d'où ce pilote viendra, c'est une autre histoire! Il n'existe pas en France de licence de pilote de dirigeable. Ceux des forces de l'ordre qui parfois survolent Paris sont conduits par des pilotes d'hélicoptère, voire parfois... par des pilotes de zeppelin venus d'Allemagne! :)
Es ist gar hübsch von einem großen Herrn,
So menschlich mit dem Teufel selbst zu sprechen.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5658
Inscription: Mar 05 Aoû 2008 00:39

Re: Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar jean luc » Lun 22 Aoû 2011 23:01

Porphyrogénète a écrit:Saviez-vous qu’avant la Première Guerre mondiale un zeppelin s’était posé en France ? Ce fut le 3 avril 1913 que se produisit cet événement connu sous le nom d’ « incident de Lunéville ». Cet événement m’ayant beaucoup intéressée, je me fais une joie de partager cette histoire avec vous, chers Allemagnonautes !

L’affaire fit grand bruit en ces temps de tensions entre la France et l’Allemagne... Et pour cause : le dirigeable, le LZ-16 (son nom militaire était le Z-IV) était le dernier né de la société Zeppelin et était monté par une commission de réception militaire qui procédait depuis quelques jours à des essais pour savoir si l’armée achèterait le nouveau zeppelin.


tu peut me donner tes sources , étant natif de la région , j'ai jamais entendu cet histoire , pour le LZ 16 lui par contre à bien exister.
La grandeur d'un homme ne se juge pas par ces titres,mais par sa grandeur d´esprit.

La vrais vie ,c´est d´apprendre à vivre en serrant les dents,beaucoup essayent , peu réussissent.

Elève AllemagnOnaute
Messages: 21
Inscription: Mer 21 Juil 2010 11:51

Re: Un zeppelin en France avant la Grande Guerre...

Messagepar Porphyrogénète » Mar 23 Aoû 2011 12:07

jean luc a écrit:tu peut me donner tes sources , étant natif de la région , j'ai jamais entendu cet histoire , pour le LZ 16 lui par contre à bien exister.


Eh bien, la première fois que j'en ai entendu parler, c'était dans les archives du Ministères des affaires étrangères. Ils y ont un carton rempli de document sur les passages de frontière par des ballons et avions allemands entre 1904 et 1914, et les archives de presse sur gallica.fr ... Sinon, il y aura peut-être des archives de presse locale dans la région, et peut-être que tu pourrais éventuellement avoir accès aux cartes postales qui ont été édité à cette époque au sujet de l'atterrissage du zeppelin. Elles sont assez drôles pour certaines! (Je peux peut-être en mettre une ou deux sur Allemagne au Max?)
Juste après la rédaction de mon mémoire sur le sujet, j'ai vu que Mémoire de Lorraine a publié un ouvrage sur la question il y a quelques années, mais il était malheureusement épuisé...
Les historiens ont quelque peu oublié l'affaire, car comme je le disais, la presse a fait encore plus de tapage quelques jours après autour des incidents de Nancy, et puis bon, la guerre éclatant un an plus tard... peu de travaux y ont été consacrés. Quant au LZ-16, il a participé à deux bombardements pendant la guerre, mais comme ces glorieuses sorties l'ont beaucoup endommagé, il est devenu navire de formation jusqu'à son démantèlement en 1916...
Es ist gar hübsch von einem großen Herrn,
So menschlich mit dem Teufel selbst zu sprechen.

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Histoire d'Allemagne et de France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités