Petites histoires

Ben oui quoi :)

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Dim 25 Avr 2021 16:58

13) Le zona

Bonjour! Je suis étudiant. Je fais mes études à l'université dans une ville pas loin de mon domicile.

Quand je vais, quelque chose me dérange dans mon aine gauche. Je contrôle cela et découvre une grande bosse comme une noix dans l'aine. Un peu plus tard je découvre plusieurs pustules sur mon hanche gauche. Plus tard ma femme découvre autres pustules sur ma fesse gauche que je ne peux pas voir.

Je prends un rendez-vous chez un dermatologue dans la ville. Il contrôle cela et dit que je souffre d'un zona. Il me prescrit une lotion pour l'appliquer sur les pustules à la maison deux fois chaque jour. Il me fait une injection. La maladie est contagieuse. C'est pourquoi il m'interdit d'aller à l'université, car je pourrais contaminer autres étudiants. Mais il demande que je me présente chez lui trois fois par semaine. Chaque fois il veut contrôler le cours de la maladie et laisser me faire autres injections.

Je vais une autre fois chez le dermatologue. Au début je vais un kilomètre à la gare. Puis je prends le train de banlieue pour aller à la ville. À la gare de la ville je dois prendre le tramway pour aller au centre-ville. À la fin je vais de la station au cabinet du dermatologue, une distance de 500 mètres. En route j'ai beaucoup de contact avec autres piétons.

Au cabinet l'auxiliaire médicale fait l'injection. Puis elle demande de m'asseoir dans une autre chambre de traitement et attendre encore. Un peu plus tard elle vient et demande de me déshabiller vite, car le médecin viendra bientôt. J'enlève mon pantalon et mon slip et attends. Tout à coup on ouvre la porte. Le médecin vient, voit mes pustules et sort tout de suite sans dire quelque chose. J'ai voulu poser une question au médecin, mais il n'a pas été possible.

Deux jours plus tard je reviens chez le dermatologue. Encore une fois l'auxiliaire médicale fait une injection et me prie d'asseoir dans une autre chambre de traitement pour attendre au médecin. Encore une fois elle vient un peu plus tard et demande de me déshabiller, car le médecin viendra bientôt. J'attends avec des fesses nus au médecin. Il vient, voit sur mes pustules et sort tout de suite de la chambre. Je n'ai pas l'occasion de poser ma question.

Je reviens plusieurs fois chez le dermatologue. Entre-temps j'ai décidé de continuer mes études à l'université. Si je peux aller ma route chez le dermatologue sans contaminer autres personnes, je peux aussi rencontrer autres étudiants à l'université. Plus tard je n'ai jamais entendu qu'un autre étudiant a été contaminé par moi.

De plus je décide de ne retourner jamais plus tard chez ce dermatologue. Il n'a pas montré son empathie et trouvé ma confiance par son comportement.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 10388
Inscription: Jeu 27 Mar 2008 12:48
Localisation: C'est le Noooord !!

Re: Petites histoires

Messagepar Andergassen » Dim 25 Avr 2021 19:01

Les jeunes peuvent aussi attraper le zona ? Je croyais que c'était réservé aux vieux. (Ma grand-mère a souffert, horriblement, du zona).
Wenn einer nema seht, brücht’r nur hirote, d’Auga gehn em dann uf.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Lun 26 Avr 2021 13:38

Andergassen, tu as raison: Normalement ce sont les vieux qui souffrent d'un zona. L'agent pathogène pour le zona est le même virus comme pour la varicelle. Si un enfant a surmonté la varicelle, le virus se cache dans les neurones dans la moelle épinière. Puis l'enfant a assez d'anticorps contre cette maladie. Dans le cours de sa vie l'immunité baisse peu à peu. Si quelqu'un travaille sous beaucoup de stress, ou si quelqu'un souffre d'une autre maladie, le virus dans les neurones peut être stimulé et déclencher une nouvelle maladie: le zona. C'est-à-dire: Également une jeune personne peut souffre d'un zona, s'il vit sous les conditions qui conviennent.

La varicelle est très contagieuse. Il est possible que quelqu'un sans immunité contre les varicelles va sur le trottoir d'une rue, au même temps une mère avec son enfant va sur l'autre trottoir de la rue, l'enfant n'a pas encore des pustules, mais il est déjà contagieux. Puis la première personne peut être contaminé, car le virus est transporté sur la rue par le vent. (C'est pourquoi on parle de "Windpocken" en Allemagne). - Le zona est aussi contagieux, mais seulement par contact directe, c'est-à-dire, si on touche les pustules d'un malade personne. Dans l'autre sens une personne qui souffre d'un zona, peut contaminer un enfant; puis l'enfant souffre de la varicelle.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Mar 27 Avr 2021 14:21

14) Hameln

Si on voyage dans la vallée de la rivière Weser sur la rue nationale B83 en Allemagne, on arrive à la ville Hamelin. C'est aujourd'hui une ville avec 57.000 habitants. À la périphérie on passe des zones industrielles; au centre-ville on trouve très belles rues avec des vieilles maisons à colombage et des maisons à pierre, bien décorées par des figures, très belles façades de l'époque baroque, deux vieilles églises et autres.

La ville est bien connue par la légende du dératiseur de Hamelin. Dans le 13ème siècle les habitants de la ville souffraient d'une invasion de rats. On trouvait les rats partout: Dans les caves, dans les cuisines, dans les salons, dans les chambres á coucher, dans les greniers, dans les jardins, sur les rues. C'était horrible pour les habitants. Un jour un jeune homme est arrivé dans la ville. Il portait des vêtements multicolores. Il se présentait du conseil municipal et proposait d'attraper et enlever les rats de la ville. Les conseillers municipales étaient d'accord et promettaient de payer des bons honoraires pour ce travail. Ainsi le jeune homme prenait sa flûte et attirait tous les rats par sa musique. Les rats suivaient le jeune homme au bord de la rivière Weser et se noyaient dans l'eau.

Les habitants de Hamelin étaient très contents d'avoir se débarrassé les rats. Mais quand le jeune homme revenait et demandait sa récompense, ils la refusaient. Alors le jeune homme quittait la ville sans avoir reçu son salaire.

Quelques semaines plus tard, quand les habitants se trouvaient dans l'église pour participer à la messe, le jeune homme revenait. Encore une fois il prenait sa flûte et faisait sa musique. Cette fois 130 enfants de la ville se rassemblaient sur la place du marché. Ils suivaient le jeune homme dans une vallée avec une grande grotte. Quand toute la bande avait entrée la grotte, elle a été fermée. Tous les enfants sont disparus pour toujours. Seulement deux très jeunes enfants sont retournés dans la ville, l'un était aveugle, l'autre était muet. Ainsi les habitants de la ville n'ont jamais appris où leurs enfants sont disparus.

C'est une légende que les frères Jacob et Wilhelm Grimm ont publié dans le 19ème siècle pour la connaître à l'avenir.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Sam 08 Mai 2021 11:40

15) Outre-mer

Notre fille habite dans un petit village en Bavière. Le village s'appelle "Übersee", pas loin de la frontière vers Autriche.

Quelques semaines plus tôt j'ai envoyé un paquet à notre fille. J'ai écrit l'adresse (son nom, la rue, le code postal et le nom du village) sur une étiquette et la collé sur le paquet. Puis j'ai apporté le paquet à la poste. L'employée à la poste a lu l'adresse et demandé à moi, si je voulait envoyer le paquet en Allemagne. "Évidemment!" ai-je répondu. J'ai payé l'affranchissement et suis retourné à la maison.

En Allemagne on a la possibilité de contrôler le chemin de l'envoi par internet. Le lendemain au matin j'ai recherché cela et trouvé qu'on avait transporté mon paquet au centre de distribution à Köngen, une ville près d'Esslingen. Le paquet est arrivé là-bas au soir de la veille - comme j'avais attendu.

Plus tard j'ai encore une fois recherché le chemin de l'envoi. On a rapporté que le paquet est arrivé au centre de distribution à Saulheim à minuit. Je ne connais pas ce village. J'ai cru que ce village se trouve probablement dans les alentours de la ville Munich. J'ai cherché le village dans mon atlas et trouvé que ce village se trouve pas loin de la ville Mayence dans la Rhénanie-Palatinat.

Pourquoi on avait transporté le paquet dans cette destination? J'ai recherché encore une fois. J'ai lu que le centre de distribution à Saulheim est responsable pour l'expédition par avion en outre-mer. ("Übersee" en allemand signifie outre-mer). C'est-à-dire: La poste voulait transporter mon paquet en Amérique ou ailleurs en outre-mer.

J'ai appelé au centre de distribution. Un employé m'a répondu qu'il s'agitait d'un erreur. Il m'a prié d'appeler encore une fois, si ma fille n'avait pas reçu le paquet deux jours plus tard.

Le lendemain j'ai encore une fois recherché le chemin de l'envoi: Entre-temps on avait transporté le paquet au centre de distribution à Aschheim près de Munich. Trois heures plus tard notre fille nous a annoncé que le paquet est bien arrivé chez elle.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 10388
Inscription: Jeu 27 Mar 2008 12:48
Localisation: C'est le Noooord !!

Re: Petites histoires

Messagepar Andergassen » Sam 08 Mai 2021 12:08

On se demande vraiment à quoi servent les codes postaux... :crazy:
Wenn einer nema seht, brücht’r nur hirote, d’Auga gehn em dann uf.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Mer 12 Mai 2021 18:19

16) Un cadeau d'anniversaire très cher

J'ai fêté mon anniversaire avec ma famille. Ma fille a fait un très bon gâteau pour moi: Elle a mélangé une pâte avec beaucoup de chocolat. Puis elle a ajouté un grand verre de cerises en bocaux. Elle a mélangé cela et mis la pâte dans un moule à gâteaux. Puis elle l'a poussé dans le four. Quelle bonne odeur dans la cuisine! Plus tard, quand la gâteau s'est refroidi, elle a répandu un sucre glace sur le gâteau.

L'après-midi nous avons mangé ce gâteau. La consistance du gâteau a été humide, la goût a été très bien. Tout le monde a félicité ma fille pour ce très bon gâteau! Mais tout à coup j'ai fortement mordu sur un noyau de cerise! Toute la dent a été détruit! Sur l'étiquette du verre de cerises en bocaux on a pu lire qu'on avait dénoyauté toutes les cerises. Mais ce noyau on n'avait probablement pas vu.

Le lendemain je suis allé chez le dentiste. Auparavant autres dentistes ont déjà réparé cette dent plusieurs fois. La dent a existé seulement comme un grand plombage avec un mur de dentine tout autour. Maintenant les murs extérieurs de ma dent sont été détruits. C'est-à-dire: Le dentiste a eu la tâche de faire une couronne dentaire pour cette dent. C'était vraiment très cher!

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 10388
Inscription: Jeu 27 Mar 2008 12:48
Localisation: C'est le Noooord !!

Re: Petites histoires

Messagepar Andergassen » Mer 12 Mai 2021 19:35

Je connais le problème à mon corps défendant :roll: , et depuis, je n'aborde les cerises "dénoyautées" qu'avec la plus grande circonspection... :mm:
Wenn einer nema seht, brücht’r nur hirote, d’Auga gehn em dann uf.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Dim 16 Mai 2021 13:41

17) Le sous-locataire

Quelques jours avant j'ai préparé un thé dans notre cuisine. En attendant que l'eau fait bouillir, j'ai observé par hasard qu'un petit oiseau a volé sous le toit devant la fenêtre de notre cuisine. Un peu plus tard il a quitté son lieu, mais quelques minutes plus tard il est revenu.

Plus tard, quand j'avais fini la préparation de mon thé, je suis allé sur la terrasse pour observer ce petit oiseau. Nous avons une grille devant nos fenêtres de la cuisine et la salle de bains. J'ai observé le petit oiseau qui a sautillé sur la grille en chantant des avertissements. L'oiseau a eu la taille d'une souris, sa petite queue redressée raidement en haut: C'était un roitelet en train de construire son nid sur une fissure sous notre toit.

Il n'est pas sûr que ce roitelet réussit d'emménager sous notre toit! Le premier problème est que la fissure où il veut construire son nid, est très étroite. Peut-être il trouve une cavité derrière la fissure où il peut couver ses couvées. Actuellement on peut seulement voir plusieurs vieilles feuilles qu'il a emporté et fixé sur la fissure.

De plus on doit remarquer: Le roitelet est une créature un peu obstinée: Les mâles sont polygames, c'est-à-dire: ils ont plusieurs femelles. Les mâles construisent plusieurs nids au même temps. Les femelles contrôlent la construction et choisissent le nid qui leur plaît le plus. C'est-à-dire: Le mâle construit souvent quelques nids qui ne sont pas utilisés. Quand la femelle a choisi son nid, elle pond un œuf dans le nid. Le lendemain elle pond un deuxième œuf, un jour plus tard un troisième œuf, .... à la fin elle a pondu huit œufs dans son nid pendant huit jours. Les poussins éclosent dans le même ordre comme la femelle les a pondu. C'est-à-dire: Le huitième poussin éclot après huit jours.

Si notre nouveau sous-locataire réussit de construire son nid sous notre toit et mettre une jeune famille dans son nid, il est cordialement bienvenu chez nous!

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Mar 18 Mai 2021 17:18

18) La veillée (1)

Dans les années 70 du dernier siècle j'ai fait ma formation comme infirmier. C'était une formation de trois années. Pendant la troisième année j'ai eu le devoir de travailler comme veillée pendant quatre semaines différentes. C'était un travail très responsable: J'ai travaillé seul dans deux départements sur un couloir. Dans chaque département il y avait plusieurs salles avec deux lits, mais aussi quelques salles avec quatre lits. Pendant ces quatre semaines j'ai eu plusieurs événements très bizarres.

Chaque soir, quand j'ai commencé à travailler et l'équipe du soir avait sorti, j'ai fait une ronde dans toutes les salles pour saluer les malades et contrôler leur situation. Un soir je suis entré dans une salle de quatre lits. Quatre hommes ont dormi dans cette salle. Un homme a été très vieux et complètement embrouillé. Il m'a dit que l'homme dans un de ces quatre lits a été sa fille. Il m'a prié de transférer les deux autres hommes dans une autre salle, car il était inconvenant que ces deux hommes couchent dans la même chambre comme sa fille. J'ai répondu qu'il était dans l'erreur: Ici il a été à l'hôpital, cet homme n'a pas été sa fille, mais un autre homme. De plus je n'ai pas eu un autre lieu pour les transférer. Le trois autres hommes ont ricané et se caché sous leur couettes. J'ai eu l'impression que le vieux m'avait compris, et quitté la salle.

Une demi heure plus tard on a sonné: C'était dans la salle de quatre lits. Je suis entré dans la salle pour demandé le problème. Encore une fois le vieux homme m'a expliqué que cet homme a été sa fille, et qu'il ne pourrait pas accepter que les deux autres hommes couchent dans la même chambre avec elle. Il m'a prié de transférer ces hommes dans une autre salle. Encore une fois j'ai expliqué au vieux homme que cet homme n'a pas été sa fille, qu'il se trouvait à l'hôpital et qu'il aurait dû accepter cette situation. "Quoi?" criait le vieux homme, "vous soutenez ces deux hommes dans ma chambre? C'est vraiment inouï!" Il prenait sa canne et menaçait de me battre. J'ai vite quitté la salle et appelé le médecin. Il m'a donné l'ordre de donner un comprimé calmant au vieux. L'homme a avalé le médicament et s'est couché dans son lit.

Vingt minutes plus tard on a sonné: Quand je suis entré dans la salle, le vieux m'a déjà accueilli avec sa canne dans sa main. Il a strictement demandé de transférer les deux hommes dans une autre salle, car il ne voulait pas accepter qu'ils couchent avec sa fille (le quatrième homme). Encore une fois j'ai essayé d'expliquer son erreur. Mais l'homme a été en colère et soulevé sa canne contre moi. Encore une fois j'ai appelé le médecin et expliqué la situation. Le médecin est vite venu pour m'aider. Il a parlé tranquillement avec le vieux homme et lui fait une injection. Mais ce médicament n'a pas aidé. Quelques minutes plus tard - l'homme a toujours été en colère - le médecin a fait une autre injection. Cela n'a pas aidé. À la fin nous avons fixé le vieux homme sur le sol de la salle, le médecin lui a fait une troisième injection. Un peu plus tard l'homme est finalement endormi. Nous l'avons transporté retour dans son lit. Il a dormi calmement pendant toute la nuit.

Le médecin m'a dit qu'il n'avait jamais vu un malade qui a eu besoin de trois injections pour se calmer.

Après cet événement j'ai continué de travailler dans le département et faire mes autres tâches pendant cette veillée.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Dim 23 Mai 2021 13:00

19) La ville de Blanche-Neige

Quand on voyage en voiture sur la route nationale B26 vers l'est, on arrive à la ville Lohr-sur-Main. À la périphérie de cette ville on voit une grande plaque de rue où la ville souhaite les conducteurs bienvenue à Lohr, la "ville de Blanche-Neige".

En 1986 le pharmacien et historien Karlheinz Bartels a découvert qu'il y avait plusieurs parallèles dans ce conte "Blanche-Neige et les sept nains" et l'histoire de la ville Lohr. Il a recherché beaucoup et annoncé ce fait au conseil municipal de Lohr. C'est pourquoi le conseil municipal a décidé d'appeler la ville Lohr comme "La ville de Blanche-Neige".

Après Karlheinz Bartels la baronesse Maria Sophia Margaretha Catharina von Erthal, née en 1725 dans le château de Lohr, était le modèle pour la Blanche-Neige:

1) Les frères Grimm vivaient près de la ville Hanau, seulement 50 kilomètres loin de la ville Lohr. Ainsi il est possible qu'ils ont entendu de les événements dans la ville Lohr.

2) Le père de Maria Sophia était Philipp Christoph von Erthal, un fonctionnaire important de la ville. Sa première femme mourait trop tôt. C'est pourquoi il se mariait une autre fois. Sa nouvelle femme était despotique et n'aimait pas les enfants de la première femme.

3) Dans le 18ème siècle Philipp Christoph von Erthal possédait une grande manufacture pour produire des miroirs.

4) Dans l'alentours de la ville Lohr il y avait beaucoup de forêts. Les forêts de Spessart sont étés un paradis pour des brigands, des voleurs de grand chemin et des animaux sauvages.

5) Dans le district voisin de la ville Lohr on travaillait à la mine. Les galeries sont étés très étroites. C'est pourquoi c'étaient des enfants et des hommes de petite taille qui travaillaient à la mine. Pour aller vers cette industrie minière, on a dû traverser plusieurs montagnes.

Dans le conte de "Blanche-Neige" on peut trouver plusieurs faits qui vont bien ensemble avec l'histoire de la ville Lohr.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Mar 25 Mai 2021 14:05

20) Une nuitée à l'hôtel

Quelques années avant ma femme et moi avons fait une grande randonnée à vélo pendant deux semaines. Chaque jour nous sommes allés environ 100 kilomètres avec nos vélos électriques.

Un jour nous pédalions 130 kilomètres. C'était en été, le temps était bon, il était très chaud pendant la journée. Au soir nous arrivions dans une grande ville. Normalement nous cherchions l'office de tourisme pour demander une chambre libre à un hôtel. Malheureusement cette fois nous ne pouvions pas trouver l'office de tourisme dans cette grande ville.

Nous poussions nos vélos dans une rue secondaire dans la ville. Je voyais un poteau indicateur vers un hôtel. Quelques minutes plus tard j'entrais dans l'hôtel. Je rencontrais une jeune femme très gentille à la réception. "Non! Hélas toutes les chambres de cet hôtel sont occupées!" a répondu la jeune dame. Mais elle me recommandait de continuer dans la rue. Environ 600 mètres plus loin il y avait un autre hôtel. Il pourrait possible de trouver encore une chambre libre dans cet hôtel.

Un peu plus tard nous arrivions devant cet hôtel. Le grand bâtiment était très moderne: Toutes les façades construit en béton, beaucoup de grandes fenêtres, aucun ornement sur les murs, aucune fleur devant les fenêtres. Nous déposions nos vélos devant le bâtiment à côté de l'entrée. J'entrais dans la réception. Un jeune homme qui avait l'air de nous refuser, nous accueillait à la réception. Je demandais s'il avait encore une chambre libre pour nous. "Oui!" disait-il, "nous avons des chambres à trois catégories différentes: Une chambre "standard" coûte 145 euros, une chambre "business" coûte 165 euros, une chambre "de luxe" coûte 185 euros pour une nuit. Jusqu'à présent nous avions passé les nuits dans autres hôtels où nous avions payé environ 100 euros par nuit. Les prix pour les chambres de cet hôtel étaient très chers. Mais je pensais que nous étions arrivés dans une grande ville où les chambres toujours sont plus chers. J'étais d'accord de prendre une chambre "standard" pour cette nuit et payais le prix tout de suite.

Puis je demandais à l'homme où nous pourrions garer nos vélos pendant la nuit. Il me répondait que nous pourrions garer nos vélos devant l'hôtel où nous les avions garé actuellement. Je n'étais absolument pas d'accord. Premièrement ça n'avait pas fait une belle impression pour autres hôtes, s'ils avaient vu nos vélos sales à côté de l'entrée de cet hôtel. Deuxièmement il était possible que quelqu'un voudrait voler nos vélos pendant la nuit. L'homme réfléchissait un peu, puis il nous montrait un débarras dans une annexe où nous pouvions garer nos vélos dans un lieu fermé.

Puis nous cherchions la chambre que nous avions loué. Personne nous n'a accompagné. L'homme à la réception m'avait donné quelques brochures avec une information de la ville. De plus un papier avec la clé, une carte magnétique pour ouvrir la porte de la chambre. J'essayais quelques fois d'ouvrir la porte, finalement la petite lampe changeait en verte, j'ai pu ouvrir la porte. Nous entrions dans la chambre. À droite une grande armoire, les murs en béton sans décoration. La mur en face était une très grande fenêtre de sol à plafond, avec deux bandes étroites de rideaux à gauche et à droite. À gauche de la chambre un grand lit pour deux personnes avec des petites tables de nuit. À gauche à côté de la porte la cabine sanitaire, complètement construit en verre. Derrière de la cabine sanitaire une porte battante - comme dans les saloons dans les films de western. Derrière cette porte les toilettes. En face des toilettes un grand miroir; si on était assis aux toilettes, on s'est vu seul.

Après avoir pris cette chambre je voulais connecter nos chargeurs pour charger nos batteries vides de vélo. Mais il n'y avait pas d'électricité. Quoi faire? Ma femme découvrait qu'il était nécessaire de pousser la carte magnétique dans un interrupteur spécial à la porte pour recevoir l'électricité. C'était couronné de succès. Puis nous voulions allumer les lampes dans la chambre. Sur les tables de nuit il y avaient des interrupteurs complexes avec beaucoup de boutons. Mais quel bouton presser? Il n'y avait pas une information comment on pourrait utiliser ces interrupteurs. Nous essayions plusieurs fois; tout à coup les lampes ont allumé, mais simultanément les chargeurs ont perdu l'électricité. Après plusieurs tentatives nous avions succès: les lampes ont allumé, au même temps les chargeurs ont reçu l'électricité.

Plus tard ma femme prenait une douche. Moi, je recevais "l'occasion" de regarder cet événement, car les murs de la cabine sanitaire étaient fait de verre, il manquait un rideau. Plus tard le contraire: Ma femme regardait moi sous la douche. Nous voulions nous coucher et dormir. Mais beaucoup d'illumination de la rue tombait par la fenêtre. Les rideaux étaient trop mince pour fermer la grande fenêtre. Peu à peu nous endormions néanmoins.

Le lendemain nous nous levions. Je disais à ma femme: "Le prix pour cette chambre est très cher. C'est pourquoi j'attends que nous recevrons un très bon petit-déjeuner aujourd'hui!" Nous descendions dans la salle à manger. Beaucoup d'hôtes étaient assises et mangeaient leur petit-déjeuner. C'était vrai: L'offre pour le petit-déjeuner était formidable et très bon. - Quand nous mangions, nous entendions une conversation de deux hommes à une table voisine: L'homme racontait qu'il avait fermé le store électrique dans sa chambre pour dormir bien. Mais tout à coup au milieu de la nuit le store électrique s'est ouvert seul. L'homme avait pressé plusieurs boutons de son interrupteur, mais il n'avait pas réussi de refermer le store. C'est-à-dire: Non seulement nous, mais aussi autres hôtes de l'hôtel ont eu des problèmes avec les interrupteurs dans leur chambre.

Après le petit-déjeuner nous retournions dans notre chambre. Maintenant j'essayais encore une fois de changer quelque chose par ces interrupteurs. Vraiment: Tout à coup le store électrique de la fenêtre se fermait - nous n'avions pas connu ce store dans notre chambre. J'essayais l'interrupteur dans la cabine sanitaire: Un store électrique se fermait pour cacher la vue dans la douche. Nous n'avions pas connu ce fait.

Puis nous préparions notre bagage et quittions la chambre. À la réception assoyait une femme d'âge moyen. Je la donnait les clés de notre chambre et demandais si elle pourrait nous ouvrir le débarras où nous avions garé nos vélos. "Avez-vous mangé un bon petit-déjeuner?" elle demandait. Oui! "Et le petit-déjeuner était bon?" elle demandait. Oui, très bon! "Puis vous payez encore 30 euros pour le petit-déjeuner!" disait la femme. "Comment? Que voulez-vous dire? Nous avons déjà payé 145 euros hier!" - "C'est vrai!" répondait la femme. "Mais c'était seulement le prix pour votre chambre, mais pas pour le petit-déjeuner!" - "C'est vraiment impertinent!" je répondais. Mais je devais payer cela. Puis la femme nous donnait les clés pour le débarras pour emporter nos vélos.

Plus tard, retourné à la maison, j'ai écrit une lettre à la direction de l'hôtel et me plaint. Mais je n'ai jamais reçu une réponse.

Grand-Père

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 2834
Inscription: Sam 20 Sep 2008 21:19
Localisation: Normandy Avenue

Re: Petites histoires

Messagepar gici » Mar 25 Mai 2021 14:47

hè ben dis donc, Grand Père , tu nous en racontes des bonnes :lol:

donnes nous les adresses que surtout nous n'y allons pas :lol: :lol: :lol: :lol:
c'est la vie

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 10388
Inscription: Jeu 27 Mar 2008 12:48
Localisation: C'est le Noooord !!

Re: Petites histoires

Messagepar Andergassen » Mar 25 Mai 2021 17:04

La pub, même mauvaise, n'est pas autorisée sur ce forum. :P
Wenn einer nema seht, brücht’r nur hirote, d’Auga gehn em dann uf.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1678
Inscription: Lun 23 Fév 2009 23:06
Localisation: Près de Stuttgart

Re: Petites histoires

Messagepar Grand-Père » Mer 26 Mai 2021 09:56

Je suis d'accord avec Andergassen!

Grand-Père

PrécédenteSuivante
 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Et si on papotait un petit peu ?

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités