Les amours "criminels" pendant la Seconde Guerre mondiale

Discutons de l'Histoire de nos pays pour mieux connaître notre présent et ne plus refaire, espérons-le, les mêmes erreurs que par le passé...

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5634
Inscription: Lun 27 Juin 2011 00:38
Localisation: Francfort/Oder, Paris, Lyon

Les amours "criminels" pendant la Seconde Guerre mondiale

Messagepar valdok » Dim 07 Mar 2021 14:52

Le film Eine liebe in Deutschland/Un amour en Allemagne du réalisateur polonais Andrzej Wajda illustre très bien ce thème encore tabou de la seconde Guerre mondiale. Il a été tourné en Allemagne et en France, avec l'actrice fêtiche de R. W Fassbinder, Hanna Schygulla dans le rôle principale.
Malheureusement il n'y a pas beaucoup d'extraits de ce film sur Youtube
https://www.youtube.com/watch?v=WW5Q94bCsE0&list=PLhfb_yWJ93fl1VUFFGwJF4gWgpKXPKm1M

https://www.youtube.com/watch?v=31VyduBfKTc

Vous pouvez le regarder entièrement si vous comprenez le russe et appréciez les voix off :bad:

https://ok.ru/video/1099120708153.


Le thème du film ici:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_amour_en_Allemagne

Je le résumerais ainsi:

C'est l'histoire de Pauline une Allemande d'environ 40 ans, mère d'un petit garçon d'environ 5 ans qui doit, comme beaucoup de femmes allemandes, faire le travail que faisait son mari envoyé sur le front. On est dans un petit village allemand non lieu de la Suisse où tout le monde se connait et mène une petite vie tranquille. Comme dans toute l'Allemagne, des travailleurs forcés, en particulier venant de Pologne sont envoyés. Et ainsi cette femme fait la connaissance de Stanislas, un jeune homme Polonais de 19 ans.
La fin de l''histoire est évidemment tragique elle est envoyée en camp de concentration et le farçon est pendu. C'est le fils de Pauline qui bien des années plus tard, dans les années 80 revient dans le village pour essayer de comprendre pourquoi sa mère a été dénoncée. Evidemment les langues ne se dénouent pas.
Il y a des passages assez comiques dans ce film, dont les examens de germanisation que l'on impose au jeune homme, car le chef de la police locale veut sauver la jeune femme parce que son mari est un brave soldat.
Donc plutôt que dire que le jeune Polonaisa les cheveux chatains clairs, on écrit blonds foncés. Au départ, il ne comprend pas pourquoi on lui fait subir ce test absurde, mais dès qu'on lui dit "tu as de la chance, tu vas devenir Allemand", il hurle son refus.
Et les policiers qui ont un peu des allures de Dupont-Dupint ,ne comprennent pas pourquoi un Polonais refuse de faire partie de la race des seigneurs.

Voilà, c'est un film franco-allemand parlant d'une histoire encore assez tabou , tourné par un grand cinéaste polonais - le film est d'ailleurs très critiqué dans cette Pologne encore communiste car il montre aussi des Allemands s'opposant à la politique raciale nazi. De plus la majorité des acteurs sont Allemands ou Français (dont M.C Barrault) mis à part le jeune héros du film, Piotr Łysak et l'acteur fétiche de Wajda, Daniel Olbrychski
„Und auf dem höchsten Thron der Welt sitzen wir nur auf unserem Arsch.“

Michel de Montaigne (Werk: Essais)

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 10444
Inscription: Jeu 27 Mar 2008 12:48
Localisation: C'est le Noooord !!

Re: Les amours "criminels" pendant la Seconde Guerre mondiale

Messagepar Andergassen » Dim 07 Mar 2021 16:10

Pour rectification, les amours, coupables, criminelles ou non, sont du genre féminin, tout comme la "violente amour" que le bon roi Henri portait à ses sujets. Question d'époque, la langue évolue, mais on n'en est pas encore à la mutation totale du sexe de l'amour, ou j'ai raté quelque chose pendant le confinement ?
Ich halte es so: Denken ist Arbeit, Arbeit ist Energie – und Energie sollen wir sparen.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5634
Inscription: Lun 27 Juin 2011 00:38
Localisation: Francfort/Oder, Paris, Lyon

Re: Les amours "criminels" pendant la Seconde Guerre mondiale

Messagepar valdok » Dim 07 Mar 2021 16:38

Tu as totalement raison cher Andergassen!!!!!!! Przepraszam ..... D'autant plus que ce ne sont heureusement plus ces amours qui sont considérées comme criminelles, mais les lois les déclarant comme telles, officiellement environ 700 travailleurs forcés polonais ont été pendus, quant aux femmes allemandes, les Polenliebchen, nombreuses sont décédées peu de temps après leur retour des camps de concentration
Maintenant les descendants préfèrent se taire.... Les personnes victimes de ces lois n'ont jamais été indemnisés et les dénonciateurs jamais traduits en justice, sauf quelques cas très rares....On peut aussi dire que 700 pendaisons ne sont rien par rapport aux victimes de la Shoah, certes, mais cela reste scandaleux.

Et je t'avoue que j'aurais aimé avoir un petit commentaire de toi, directement à ce propos.
„Und auf dem höchsten Thron der Welt sitzen wir nur auf unserem Arsch.“

Michel de Montaigne (Werk: Essais)

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Histoire d'Allemagne et de France

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité