L'essor de la techno à Berlin depuis la chute du Mur

Tout ce qui a trait à l'Allemagne et qui n'entre pas dans les thèmes précédents

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14053
Inscription: Mar 01 Nov 2005 12:14
Localisation: Beaujolais

L'essor de la techno à Berlin depuis la chute du Mur

Messagepar Sonka » Jeu 13 Aoû 2009 09:53

Et cela a fait "boum boum": la techno en Allemagne après la chute du Mur

La culture techno berlinoise est née avec la chute du Mur de Berlin. Directement après le 9 novembre 1989, la réunification s'est faite dans les caves désaffectées. Des jeunes de l'Ouest et de l'Est s'y rencontraient dans l'enivrement des lumières stroboscopiques et des rythmes électroniques. 20 ans plus tard, Berlin est devenue la capitale de la culture techno.

"Lorsque le Mur est tombé, ça a fait boum, et il s'est passé la même chose au niveau musical." C'est ainsi que Tanith, DJ berlinois de la première heure, décrit le rôle de la musique techno en tant que "bande originale" de la chute du Mur. Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, le Mur de Berlin, qui séparait l'Allemagne de l'Est et l'Allemagne de l'Ouest, est tombé. Dès ce moment, la réunification allemande s'est mise en marche sur les pistes de danse des nuits techno de Berlin. Les jeunes de l'Est ont commencé à fréquenter massivement les clubs de l'Ouest. Ils apportaient avec eux un esprit de fête pour lequel la vie nocturne berlinoise est reconnue encore aujourd'hui, avec sa scène gay.

Les différences entre les Allemands de l'Ouest et de l'Est se dissolvaient dans le tourbillon des rythmes électroniques et des lumières stroboscopiques. Les "militants" techno de Berlin-Ouest se mirent à la recherche d'espaces dans la partie Est de la ville. À peine quelques mois après la chute du Mur, les premiers clubs techno ouvraient leurs portes à Berlin-Est. Wolfram Neugebauer (alias Wolle XDP), originaire de l'ancienne RDA, et le DJ berlinois de l'Ouest Tanith se mirent ensemble pour organiser la série de fêtes Tekknozid. Une petite scène, marquée par la diversité des origines culturelles et sociales et de l'apparence physique de ceux et celles qui la composaient, y célébra la naissance de la culture techno berlinoise, aujourd'hui célèbre dans le monde entier. Cela se passait à l'"heure zéro" de l'Allemagne réunifiée.

Un paradis temporaire

Le succès que connut la culture techno berlinoise à partir de novembre 1989 a beaucoup à voir avec la structure de la ville. Environ un tiers des bâtiments de la partie Est de Berlin, soit quelque 25 000 logements, étaient désaffectés. En l'espace de quelques années, 150 bâtiments furent occupés. C'est l'appropriation de salles et de terrains inutilisés qui a permis l'épanouissement d'une scène indépendante. Des sous-sols furent forcés et convertis provisoirement en clubs et en bars. Le berceau de la culture techno de Berlin fut l'UFO, qui ouvrit ses portes dans un sous-sol de Kreuzberg en 1988. Sa succession fut assurée par le Tresor à partir de 1991. Le gérant Dimitri Hegemann transforma en effet le coffre-fort du grand magasin Wertheim de Potsdamer Platz en piste de danse. Avec son charme industriel brut, le Tresor eut une forte influence sur la vie nocture berlinoise.

Les DJs et les fêtards s'approprièrent également les centres culturels désertés de la RDA pour célébrer jusqu'à la pointe du jour. L'ancien restaurant géant Ahornblatt fut converti en temple du rave appelé Exit. La jeune scène techno embrassait également le centre d'art Tacheles dans la Oranienburger Straße, à Berlin-Est. Des entrepôts vides le long de la Spree se remplirent des noctambules colorés des "soirées Planet", connues pour leurs décorations fantaisistes. Les combinaisons du son, de la lumière et des performances donnèrent lieu à des expériences spatiales et temporelles alternatives à la réalité, que l'on désignait sous le nom de "Space". Dans ces zones momentanément autonomes, la culture techno pouvait développer en toute tranquillité son désir de liberté et de démesure nocturne.

Récupération et résurrection de la scène

Comme toute sous-culture, la culture techno berlinoise connut une période de floraison (de 1989 à 1992), des phases de fragmentation (de 1992 à 1995) et une période de commercialisation (1995 à 2004). Au début régnait une attitude d'autodétermination. La devise était "do it yourself". Participants et organisateurs appartenaient au même monde. Les opérateurs des principaux clubs étaient eux-mêmes issus de la scène. Pragmatiques, optimistes et autodidactes, ils combinaient plaisir, activisme et commerce. Les clubs étaient des lieux de rencontre informels ouverts aux personnes de toutes les couches sociales et origines. Peu importait que l'on soit de l'Est ou de l'Ouest, dès lors que l'on s'immersait dans la masse des corps dansants.

Des événements géants tels que la Love Parade et le rave Mayday entraînèrent un changement de paradigme au début des années 1990: de la production vers la consommation et de l'"underground" vers le "mainstream". La première Love Parade eut lieu le 1er juillet 1989 et rassembla seulement 150 personnes. Lors de son point culminant dix ans plus tard, la Love Parade attira 1,5 million de fêtards. La techno fut déclarée culture de masse et mouvement national de la jeunesse. Cette récupération s'accompagna d'une apathie créatrice dans la scène. Après que le battage publicitaire entourant la Love Parade se fut calmé, le public se désintéressa rapidement de la culture techno. Et la scène se retira de nouveau dans l'"underground".

Depuis l'arrivée du nouveau millénaire, la scène connaît un essor sans précédent. Berlin est devenue la capitale de la culture techno internationale. La métropole a maintenant la réputation d'être l'Ibiza du Nord. Chaque week-end, des milliers de touristes fêtards envahissent Berlin. De la scène techno est née la seule culture populaire internationale jusqu'ici à avoir ses racines en Allemagne. L'histoire de cette réussite commence en novembre 1989. L'unification euphorique des jeunes de l'Est et de l'Ouest lors des premiers raves suivant la chute du Mur a jeté les bases de la culture techno berlinoise d'aujourd'hui et de sa réputation cosmopolite et égalitaire.

Source : CIDAL
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

Publicité

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 6241
Inscription: Mar 03 Jan 2006 13:07
Localisation: Lörrach

Messagepar ElieDeLeuze » Jeu 13 Aoû 2009 17:02

Certes, mais ça a commencé avant la chute du mur. L'image des jeunes des deux côtés se retrouvant dans une même fête nocturne et bon enfant... c'est pas vraiment sérieux. La romantisation d'un simple mouvement underground est poussée un peu loin dans cet extrait... :roll:

Je suppose que la culture des drogues synthétiques, c'est pour le deuxième épisode de cet article au bucolisme urbain de rédaction de collège.
www.rtr.ch - Tgi che sa rumantsch sa dapli.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14053
Inscription: Mar 01 Nov 2005 12:14
Localisation: Beaujolais

Messagepar Sonka » Jeu 13 Aoû 2009 19:17

ElieDeLeuze a écrit:Je suppose que la culture des drogues synthétiques, c'est pour le deuxième épisode de cet article au bucolisme urbain de rédaction de collège.
A n'en pas douter ! :lol: Tu veux leur soumettre un papier ? mdr
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 2468
Inscription: Sam 20 Sep 2008 21:19
Localisation: Normandy Avenue

Re: L'essor de la techno à Berlin depuis la chute du Mur

Messagepar gici » Mar 09 Mai 2017 15:28

autrement sans techno, et le nom du resto va faire plaisir à Sonka

c'est là que Angie et François ce sont dit au... aDIEU :lol: :lol: :lol:

à Berlin

http://www.paris-moskau.de/
c'est la vie

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4897
Inscription: Lun 27 Juin 2011 00:38
Localisation: Francfort/Oder jusqu'à avril 2018, Paris, Berlin

Re: L'essor de la techno à Berlin depuis la chute du Mur

Messagepar valdok » Ven 12 Mai 2017 06:27

Cet article me rend nostalgique d'une époque berlinoise que je n'ai pas connu, même si je ne supporte la techno qu'à petite dose.

Les logement désaffectés sont de plus en plus récupérés, restaurés et les loyers grimpent en flèche hélas, heureusement il y a encore de la marge pour que Berlin rattrappe Paris, Rome ou Londres... Puis il suffit d'aller vivre à Francfort où tout est moins cher, sans parler de la ville polonaise jumelle, car s'il n'y avait pas les étudiants la population de Francfort serait très vieillissante.

J'ai l'impression qu'il y a une certaine fierté à montrer que ses origines sont à l'Est, lorsque l'on est Berlinois, cela rajoute une certaine authenticité. Puis je trouve qu'à présent le centre d'intérêt serait plutôt à l'Est de la ville, où il reste de l'espace, les trottoirs des avenues sont si larges, qu'ils invitent aux "passagiate" (les promenades le long des rues à l'italienne), et aux sorties en vélo familiale. Le mouvement musical techno a plus de 25 ans à présent, et honnêtement je ne pensais plus qu'il avait encore du succès parmi les jeunes. Et bien il semblerait que cela soit le contraire, en tout cas en Allemagne, en tout cas à Berlin. Lors de la Hanf parade se produisent aussi des musiciens issus de ce mouvement, puis en Allemagne (et je ne parle pas que de Berlin) il n'est pas rare d'entendre des groupes ou des chanteurs anglosaxons des années 70,80 et 90 que l'on n'entend plus du tout en France, et cela plait aussi aux jeunes,
„Und auf dem höchsten Thron der Welt sitzen wir nur auf unserem Arsch.“

Michel de Montaigne (Werk: Essais)

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers L'Allemagne : en général et en particulier

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

  • Publicité