L'Autriche indemnise les livres volés sous le NS

Autriche, Suisse, Luxembourg, Namibie... Découvrons les autres pays où l'on parle allemand

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Messages: 560
Inscription: Ven 14 Mai 2010 21:35

L'Autriche indemnise les livres volés sous le NS

Messagepar ex-libris » Jeu 03 Juin 2010 13:36

Vienne va verser 135.000 euros à des victimes du nazisme pour "régulariser" 8.363 ouvrages de la Bibliothèque nationale (ONB), issus de vols nazis et dont les propriétaires ou leurs héritiers n'ont pu être retrouvés, a indiqué mardi la directrice de l'ONB Johanna Rachinger.

La suite : http://fr.ejpress.org/article/37310

Sous toute réserve je crois savoir que la culture juive considère les livres comme vivants. On ne jette pas un livre, on enterre ses pages. http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=7769

Grand AllemagnOmaXien
Messages: 560
Inscription: Ven 14 Mai 2010 21:35

Re: L'Autriche indemnise les livres volés sous le NS

Messagepar ex-libris » Ven 04 Juin 2010 10:12

Pages 218-219, Alberto Manguel a écrit:Lorsque les nazis commencèrent à piller et à détruire les bibliothèques juives, le responsable de la bibliothèque Sholem-Aleichem à Biala Podlaska décida de sauver les livres et, jour après jour, lui et un collègue en emportèrent autant qu’ils pouvaient en charrier, en dépit de sa conviction que très bientôt « il ne resterait pas un lecteur ». Deux semaines plus tard, le fonds avait été déménagé en secret dans un grenier où le redécouvrit, longtemps après la fin de la guerre, l’historien Tuvia Borzykowski. A propos de l’action du bibliothécaire, Tuvia Borzykowski écrivit qu’elle avait été menée « sans même envisager l’éventualité que quelqu’un puisse un jour avoir besoin des livres sauvés » : c’était un acte de sauvetage de la mémoire en soi. L’univers, pensaient les anciens kabbalistes, ne dépend pas de notre lecture; seulement de la possibilité que nous le lisions.

Page 220, Alberto Manguel a écrit:A la même époque, les nazis décidèrent d’épargner certains livres pour des raisons commerciales et afin de constituer des archives. En 1938, Alfred Rosenberg, l’un des principaux théoriciens nazis, proposa que les collections juives de littératures séculaire et religieuse fussent conservées dans un institut fondé pour étudier « la question juive ». Deux ans plus tard s’ouvrait à Francfort-sur-le-Main l’Institut zur Erforschung der Judenfrage. Afin d’assurer l’approvisionnement nécessaire, Hitler en personne autorisa Rosenberg à créer un groupe de travail composé de bibliothécaires experts allemands, le tristement célèbre ERR, Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg.

Pages 222-223, Alberto Manguel a écrit:La lecture, avec ses rituels, devint un acte de résistance; ainsi que l’a observé le psychologue italien Andrea Devoto, « tout pouvait être considéré comme de la résistance puisque tout était interdit ».
Dans le camp de concentration de Bergen-Belsen, les détenus se passaient un exemplaire de La Montagne magique, de Thomas Mann.

Alberto Manguel La Bibliothèque, la nuit (Actes Sud, 2006)

Image

La Bibliothèque engloutie (Die versunkene Bibliothek) de Micha Ullman.
Denkmal zur Erinnerung an die Bücherverbrennung nachts auf dem Bebelplatz in Berlin.

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Autres Pays Germanophones

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités