Heinrich Heine - Romanzero - zwei Ritter

La rubrique littéraire d'AOX ! Donnez vos "Tips" et critiques sur les oeuvres et les auteurs germaniques

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17048
Inscription: Mar 28 Nov 2006 15:51
Localisation: Alsace

Heinrich Heine - Romanzero - zwei Ritter

Messagepar michelmau » Mar 29 Aoû 2017 15:24

J'avais , il y a des siècles , au programme de la licence de littérature allemande, le "Romanzero" du grand Heinrich Heine.
Il y a toujours un poème à propos duquel je me suis posé des questions , sans y trouver de réponses satisfaisantes ; il s'agit de "zwei Ritter = deux chevaliers " qui commence ainsi :
Première strophe :
Crapülinski und Waschlapski,

Polen aus der Polackei,

Fochten für die Freiheit, gegen

Moskowitertyrannei.


Dernière strophe :
Helden, wie der Held Sobieski,

Wie Schelmuffski und Uminski,

Eskrokewitsch, Schubiakski,

Und der große Eselinski.«


Des noms allemands "polonisés". Ce poème m'a toujours fait marrer bien que je n'en connaisse pas la signification profonde.

Le poème in extenso :

http://www.textlog.de/heine-gedichte-zwei-ritter.html

J'ai toujours adoré l'humour et l'ironie de Heinrich. Je ne pense pas qu'il ait été polonophobe, alors j'aimerais bien comprendre ce que le poète a voulu exprimer sur le fond.
Comme on a la chance d'avoir des spécialistes des relations germano-polonaises :wink: J'en profite pour poser cette question.
Merci d'avance pour vos réponses. :wink:
Je me coucherai moins bête ce soir.
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

„Den leeren Schlauch bläst der Wind auf, den leeren Kopf der Dünkel.“
Matthias Claudius (1740-1815), dt. Dichter

Publicité

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 9719
Inscription: Jeu 27 Mar 2008 12:48
Localisation: C'est le Noooord !!

Re: Heinrich Heine - Romanzero - zwei Ritter

Messagepar Andergassen » Mar 29 Aoû 2017 19:28

La Pologne était alors à la mode. La Pologne rayée de la carte après trois partages voulait reconquérir son indépendance. C'était aussi l'époque des révoltes, dans les Balkans et en Grèce, contre le joug ottoman (voir Byron, Hugo). Les Polonais étaient soutenus surtout par les Français, et, en Allemagne, par les milieux révolutionnaires, qui reprenaient à leur compte les idéaux de la Révolution, surtout en Rhénanie, où la Révolution et ses successeurs n'avaient pas laissé que du mauvais (inspiration de la législation, par exemple), et, en 1848, dans le pays de Bade. L'année 1830 fut l'année des premières insurrections, en France et en Pologne notamment. Quiconque se proclamait un tant soit peu libéral avait à coeur de soutenir l'insurrection polonaise (la première insurrection, conduite par le général Kosciuszko, avait eu lieu en 1794 contre le deuxième partage de la Pologne, et s'était terminée par le troisième partage en 1795, définitif celui-là jusqu'au 11 novembre 1918.). L'insurrection polonaise de 1830 est dite aussi "Guerre Russo-Polonaise", et avait culminé par la bataille d'Ostrolenka en mai 1831. La Pologne défaite avait replongé sous le joug russe, perdant toute autonomie. La fameuse phrase "L'ordre règne à Varsovie" entérinait cet état de fait.
Peut-être se rappelera-t-on du livre de la Comtesse de Ségur, "Les deux nigauds", qui raconte l'histoire de deux jeunes provinciaux montés de la Basse-Bretagne à Paris et qui sont dépannés de situations fâcheuses par deux militaires polonais réfugiés en France où ils vivent misérablement (un peu comme nos deux chevaliers d'infortune chez Heine).
Dans le poème cité, on remarquera le vers devenu proverbial en allemand "Polen ist noch nicht verloren" (la Pologne n'est pas encore morte (tant que nous vivons)). C'est le premier vers de l'hymne polonais, à l'origine le chant des légions polonaises en Italie (1797, après le partage de la Pologne), dit "Mazurka de Dombrowski". (la version première disait "La Pologne n'est pas encore morte, Jeszcze Polska nie umarła, tandis que la version "hymne" dit "La Pologne ne s'est pas encore courbée, Jeszcze Polska nie zginęła)
En fait, le poète se moque gentiment, comme le faisait du reste la Comtesse de Ségur, de deux braves types, à la fois Don Quichotte et Sancho Pança, chevaliers par leurs idéaux et leurs combats, et pauvres types dans la dèche, recourant à des expédients plus ou moins avouables pour simplement survivre. On appréciera le "Crapülinski", en français dans le texte, accolé à "Waschlapski", la serpillière. On retrouvera plus tard ces types dans les camps de concentration nazis, entre autres. La noblesse et la veulerie. "Il faut bien vivre puisqu'on ne meurt pas", disait Cavanna à la fin des "Russkoffs".
Die Gott als Slaw' und Magyaren schuf, Sie streiten um Worte nicht hämisch;
Sie folgen, ob deutsch auch der Feldherrnruf, Denn: Vorwärts! ist ung'risch und böhmisch.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 4880
Inscription: Lun 27 Juin 2011 00:38
Localisation: Francfort/Oder jusqu'à avril 2018, Paris, Berlin

Re: Heinrich Heine - Romanzero - zwei Ritter

Messagepar valdok » Mer 30 Aoû 2017 00:52

:oops: et dire que j'ai failli laisser passer ce beau fil!!!!. Je ne suis pas une spécialiste du domaine, mais simplement quelqu'un qui a la chance incroyable de pouvoir étudier l'histoire de la Pologne et découvrir la Pologne et sa langue... avec justement des spécialistes, à la tête bien faite comme mes chers professeurs, Messieurs Werner Benecke et Tomasz Rajewicz :love: :respect:

Heinrich Heine polonophobe non,? non bien-sûr, bien au contraire. Il était animé du même esprit de liberté que les jeunes poètes polonais, un grand romantique. Je me demande même s'il ne connaissait pas le grand poète polonais Adam Mickiewicz, puisqu'ils avaient tous deux choisi de s'exiler à Paris.... A vérifier!
J'aurais plutôt tendance à dire qu'il aurait été germanophobe, ou plutôt " prussophobe",, justement par ce que animé de cet esprit de liberté des peuples... Enfin je réagis sur le vif.

Très belle explication, merci Andergassen. :D :D
„Und auf dem höchsten Thron der Welt sitzen wir nur auf unserem Arsch.“

Michel de Montaigne (Werk: Essais)

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17048
Inscription: Mar 28 Nov 2006 15:51
Localisation: Alsace

Re: Heinrich Heine - Romanzero - zwei Ritter

Messagepar michelmau » Mer 30 Aoû 2017 13:30

Merci pour toutes ces explications . Je dois avouer que ce poème m'avait toujours amusé par sa forme sans que je sache vraiment ce que Heinrich voulait exprimer sur le fond.
Maintenant , je sais , comme disait Jean Gabin. :mrgreen:
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

„Den leeren Schlauch bläst der Wind auf, den leeren Kopf der Dünkel.“
Matthias Claudius (1740-1815), dt. Dichter

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Livres et auteurs allemands

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

  • Publicité