Heinrich Böll

La rubrique littéraire d'AOX ! Donnez vos "Tips" et critiques sur les oeuvres et les auteurs germaniques

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 6489
Inscription: Mar 03 Jan 2006 13:07
Localisation: Lörrach

Heinrich Böll

Messagepar ElieDeLeuze » Lun 07 Mai 2007 13:34

Il faut bien faire l'effort de lire quelques lignes des prix Nobel de littérature de langue allemande, alors je me suis forcé. Ayant de mauvais souvenirs d'extraits étudiés en fac, H. Böll ne m'a jamais attiré. Son style est souvent essoufflant, avec une ponctuation ridiculement atypique, une syntaxe à la limite de la langue parlée, et un style assez hâché. Mais bon, par conscience professionnelle...

Der Zug war pünklich n'est pas trop long, 119 pages de texte chez DTV. Ecrit à peine la guerre finie, le récit est intense et très intérieur. Böll nous place dans la tête d'un soldat allemand en 1943, au début de la débâcle, qui doit retourner à l'est après une permission. Le long voyage en train vers la Galicie, les souvenirs, les peurs, et la certitude de la mort au bout des voies hantent toutes les pages du roman. La complexité de l'affectif national et humaniste de l'époque, l'ambiguité des attitudes et des situations, le désespoir de la guerre en elle-même et l'omniprésence de la mort mènent un récit plus intéressant que je ne l'attendais. La fin n'est pas aussi simpliste qu'on pouvait le croire, et l'absurde prend un sens. C'est un témoignage fort sur la guerre, ce qui est déjà un mérite en soi tellement il y a de livres imbuvables avec les mêmes prétentions. Böll s'en tire bien de ce point de vue.

Mais les longueurs stylistiques, les répétitions et les interminables tergiversations stériles m'ont franchement irrité. On peut sauter des passages entiers sans rien perdre du message. Et puis fallait-il vraiment que le récit soit aussi rectiligne que les voies de chemin de fer dont il est question ? Une longue et pathétique scène dans un bordel, à la fin, ne fait qu'allonger la fuite en avant du récit, qui est d'ailleurs le sujet même du roman. C'est à se demander si Böll n'aurait pas dû faire une vraie nouvelle moitié moins longue pour ça, ou bien aller plus loin et introduire quelques sinuosités dans ces 119 pages.

Lisez-le si le livre vous tombe sous la main, mais n'allez pas à la librairie exprès pour ça.
www.rtr.ch - Tgi che sa rumantsch sa dapli.

Elève AllemagnOnaute
Messages: 23
Inscription: Jeu 03 Mai 2007 21:55

Heinrich Böll - Die verlorene Ehre der Katarina Blum

Messagepar mimijessdu93 » Jeu 26 Juil 2007 22:42

à la rentrée je serai en LEA anglais /allemand et je dois lire ce livre il me parait tellement gros lol vous l'avez déja lu

Amiral AllemagnOmaXien
Messages: 338
Inscription: Mar 31 Oct 2006 01:14
Localisation: 06

Messagepar nikorsika » Jeu 26 Juil 2007 23:00

J'ai lu cette année "die verlorene Ehre der Katarina Blum" et ça se lit rapidement et facilement :wink:
L'histoire est intéressante et il vaut vraiment la peine.
A noter qu'une adaptation cinématographique très fidèle au livre existe

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14386
Inscription: Mar 01 Nov 2005 12:14
Localisation: Beaujolais

Messagepar Sonka » Mar 07 Aoû 2007 16:07

Il fait dans les 140 pages, on fait difficilement plus petit comme bouquin...
C'est un bouquin de bases, que lisent tous les débutants, donc tu devrais y arriver comme tout le monde, pas de souci :wink:
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14386
Inscription: Mar 01 Nov 2005 12:14
Localisation: Beaujolais

25 ans après, Heinrich Böll en édition complète

Messagepar Sonka » Mer 01 Déc 2010 23:31

"La grimace", "Fin de mission" ou "L'Honneur perdu de Katharina Blum" : depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les œuvres d'Heinrich Böll (1917-1985) ont accompagné les heures de classe et de loisir de bien des lecteurs en Allemagne, en Europe et même à travers le monde. Prix Nobel de littérature en 1972, l'écrivain demeure un monument de la littérature allemande. Vingt-cinq ans après sa mort, une édition complète de ses œuvres vient de paraître aux éditions Kiepenheuer et Witsch, à Cologne.


Édition critique

Cette "édition de Cologne" comprend pas moins de 27 volumes, dont la publication s'est échelonnée depuis 2002. Son élaboration a requis près de dix années de travail. Pour la première fois, elle réunit l'ensemble des textes de l'écrivain. Elle en offre une présentation chronologique, accompagnée d'un appareil critique et de commentaires rédigés par d'éminents germanistes et spécialistes d'Heinrich Böll. Chaque volume est doté d'une annexe éclairant la genèse des œuvres, leur contexte historique et biographique, des notes, des index des noms et des titres cités ainsi qu'une bibliographie.

Ce n'est cependant pas tout. Amateurs et érudits y trouveront également des textes inédits, ainsi que des entretiens avec l'auteur. Certains de ces textes proviennent du fonds Heinrich Böll conservé aux archives municipales de Cologne, la ville natale de l'écrivain. Prêtés à l'extérieur, ils ont été presque miraculeusement sauvés de l'effondrement du bâtiment, en mars 2009. Le fonds Böll avait été particulièrement affecté par les dégâts dus à cet accident, dont les conséquences sont encore difficiles à estimer.


http://www.cidal.diplo.de/Vertretung/ci ... 69408.html
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Heinrich Böll

Messagepar fifititi » Mar 03 Jan 2012 22:50

Je remonte ce poste car j'ai ENFIN le temps de lire "L'honneur perdu de Katharina Blum ou Comment peut naître la violence et où elle peut conduire" (Die verlorene Ehre der Katharina Blum oder : wie Gewalt entsehen und wohin sie führen kann")

Je voulais commencer l'année par un livre qui a fait date dans la littérature allemande contemporaine et surtout par Heinrich Böll, prix Nobel de littérature en 1972.

" On comprendra assez vite que c'est la pureté même, l'innocence radicale de la jeune femme qui l'ont conduit à cette extrémité - et qui en recouvre une autre, capitale celle-là : comment le mensonge, la haine, la violence verbale peuvent-ils engendrer la violence physique ? Comment la violence naît-elle de la violence ?

Aller, je vous laisse...je veux lire ce livre le plus vite possible. :wink:
Dernière édition par fifititi le Mer 04 Jan 2012 00:39, édité 3 fois.
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Heinrich Böll

Messagepar fifititi » Mer 04 Jan 2012 00:33

"L’action et les personnages de ce récit sont imaginaires.
Si certaines pratiques journalistiques décrites dans ces pages offrent des ressemblances avec celles du journal Bild, ces ressemblances ne sont ni intentionnelles ni fortuites mais tout bonnement inévitables."


„Personen und Handlung dieser Erzählung sind frei erfunden. Sollten sich bei der Schilderung gewisser journalistischer Praktiken Ähnlichkeiten mit den Praktiken der Bild-Zeitung ergeben haben, so sind diese Ähnlichkeiten weder beabsichtigt noch zufällig, sondern unvermeidlich.“

:nul:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 803
Inscription: Jeu 04 Oct 2007 18:36
Localisation: Nieselsachsen

Re: Heinrich Böll

Messagepar Avonlea » Mer 04 Jan 2012 18:18

Récemment j'ai lu le Journal irlandais. Ça m'a coupé la chique. Comment a-t-il pu imaginer tout cela? Les déscriptions de ce pays, les interprétations qu'il fait de la réalité, les détails qu'il a vus et décrits d'une précision inquiétant - magnifique. A la fin de ce livre svelte on a l'impression de connaître l'Irlande sans jamais y avoir foulé le sol.
V.Cousin: «La décadence de la langue française a commencé en 1789!» V. Hugo: «A quelle heure, s'il vous plaît?»

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Heinrich Böll

Messagepar fifititi » Mer 04 Jan 2012 20:42

Donc je dois AUSSI le lire d'après toi ? :?:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 803
Inscription: Jeu 04 Oct 2007 18:36
Localisation: Nieselsachsen

Re: Heinrich Böll

Messagepar Avonlea » Mer 04 Jan 2012 21:21

fifititi a écrit:Donc je dois AUSSI le lire d'après toi ? :?:

Absolument!
V.Cousin: «La décadence de la langue française a commencé en 1789!» V. Hugo: «A quelle heure, s'il vous plaît?»

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Heinrich Böll

Messagepar fifititi » Mer 04 Jan 2012 22:28

Tes désires sont des ordres Avonlea. :respect:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Heinrich Böll

Messagepar fifititi » Jeu 12 Jan 2012 13:45

D'ici la fin de cette semaine j'espère avoir le temps de vous livrer mes impressions personnelles concernant "L'honneur perdu de katharina Blum".

Elles seront guidées par ce beau poème de Félix Leclerc qui me servira de fil d'Ariane tout au long de ma reflexion.

Ce poème, je peux vous l'assurer, à toute sa place ici.
Bonne lecture. :wink:

Les escaliers devant
poème de Félix Leclerc

Les quatre mille murs de la côte bretonne
Les lutins de Norvège
Et les parfums des Indes

Toutes les croix de Rome
Et la douceur des Landes
Les neiges canadiennes
Et les violons tziganes

Sont portes grand'ouvertes
Escaliers devant

A nos âmes enchaînées

Qui nous arrêtera dans l'invention d'un monde
Quand celui-ci est mort, mort, mort


Quand pieds et poings liés
Vous nous avez détruits

Guéris et délivrés
Nous sommes repartis

La liberté, ami
Est au fond d'un cachot

Comme la vérité
Sous l'épaisseur des mots
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Livres et auteurs allemands

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités