Crise grecque/crise de l'euro

Actualités allemandes, événements allemands en France et en Allemagne

Modérateur: Modérateurs

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14445
Inscription: Mar 01 Nov 2005 12:14
Localisation: Beaujolais

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar Sonka » Mer 30 Nov 2011 23:39

Arnaud Montebourg, ancien candidat à la primaire PS, a plaidé aujourd'hui en faveur d'une confrontation dure avec la chancelière Angela Merkel qu'il a accusée de "tuer l'euro", de mener "une politique à la Bismarck" et de faire en sorte que l'Allemagne fasse "fortune" sur "la ruine" des autres pays de la zone euro. Invité de "Questions d'Info" LCP/France Info/Le Monde/AFP, le député PS de Saône-et-Loire, a estimé qu'en refusant que la Banque centrale européenne rachète massivement les dettes souveraines des pays de la zone euro, la chancelière allemande avait "décidé d'imposer" à ces pays "un ordre allemand".

Lire aussi la suite pour avoir tout le tableau : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/ ... smarck.php

La réponse de Cohn-Bendit :
« On peut critiquer la volonté d’Angela Merkel de vouloir influencer l’Europe. Il est vrai aussi que l’hégémonie de l’économie allemande pose un problème. Mais, là, Montebourg sombre dans le nationalisme au clairon qui ne sert qu’à raviver des sentiments qu’on croyait définitivement derrière nous. C’est du mauvais cocorico. Il fait du Front national à gauche. »

L'article complet : http://www.leparisien.fr/election-presi ... 746119.php
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Jeu 01 Déc 2011 09:30

Oh les vilains Allemands qui veulent devenir calife à la place du calife. :vamp:
Mais ce qu' Arnaud Montebourg oublie de préciser c'est que ne devient pas Bismarck qui veut. :vamp:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 805
Inscription: Lun 07 Juil 2008 21:44
Localisation: dans l'Aveyron pays du roquefort

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar mamath » Jeu 01 Déc 2011 22:29

tout ça me fait penser à une question que j'avais posé en ouvrant un nouveau sujet
http://www.allemagne-au-max.com/forum/l-allemagne-europhobe-ou-l-europe-germanophobe-vt9710.html

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Jeu 01 Déc 2011 22:38


Merkel comparée à Bismarck ? Montebourg persiste.

Le député PS a déclenché une polémique en lançant une virulente charge contre la chancelière allemande accusée de «tuer l'euro» pour préserver les intérêts de son pays. Critiqué, il maintient tout.

Arnaud Montebourg tombé dans la «germanophobie hystérique» comme le lui reproche le ministre des Affaires européennes, Jean Leonetti? Sa charge contre Angela Merkel, comparée à Bismarck et accusée de «tuer l’euro», a été vivement critiquée, même au sein du Parti socialiste.

Sans rien retirer de ses propos de mercredi sur France Info et LCP, mais un petit cran en dessous, le député de Saône-et-Loire a expliqué, sur son blog, son offensive contre «l’intransigeance dangereuse et suicidaire» de l’Allemagne à l’égard des autres pays de la zone euro.

Le parallèle avec le premier chancelier allemand qui fit la guerre à la France en 1870? Il n’est pas le seul à y avoir pensé, commence-t-il, citant une expression du leader du SPD allemand devant le bureau national du PS et un livre de Georges Valance, Le retour de Bismarck, de 1990.

«Bismarck fit le choix politique de réunifier les principautés allemandes en cherchant à dominer les pays européens, particulièrement la France. Dans une similitude frappante, la chancelière Angela Merkel cherche à régler ses problèmes intérieurs en imposant l’ordre économique et financier des conservateurs allemands à tout le reste de l’Europe», dresse ensuite Montebourg, pour qui «la vieille politique d’expansion» territoriale se retrouve dans sa version 2011 sur «le terrain de la domination économique».


http://www.liberation.fr/politiques/010 ... g-persiste


Pourvu qu'Arnaud Montebourg ne se prenne pas pour Clemenceau. :crazy:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 805
Inscription: Lun 07 Juil 2008 21:44
Localisation: dans l'Aveyron pays du roquefort

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar mamath » Ven 02 Déc 2011 00:08

on peut reprocher beaucoup de chose à l'Allemagne dans cette crise

mais faut qu'une partie de la gauche française arrete.
Quand j'entend une partie du PS qui est pour que la BCE devienne un preteur à part entière pour les etats , pour la mutualisation des dettes , mais contre la perte de souveraineté pour le budget national c'est prendre les allemands pour des cons .
En clair c'est , endettons nous , continuons de dépenser sans compter , l'Allemagne paira , et puis quoi encore .

La France est une hypocrite , elle a toujours voulu tirer les avantages de l'Europe sans jamais se plier aux contraintes .
Quand à l'Allemagne , elle doit aussi de son coté faire des concessions , car la rigueur budgétaire sans solidarité ni relance de liquidité ça ne marche pas , et si la zone Euro s'écroule l'Allemagne s'écroule.

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Ven 02 Déc 2011 08:51

On ne peut pas avoir sans arrêt le beurre et l'argent du beurre.
Les Français doivent choisir. :|

Qu'on t'ils de crédible à proposer à part rejeter toute la faute sur l'Allemagne ? :?:

François Hollande doit remettre de l'ordre dans ses troupes et vous allez rire.... Il se rend à Berlin lundi au congrès du SPD. :vamp:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18487
Inscription: Mar 28 Nov 2006 15:51
Localisation: Alsace

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar michelmau » Ven 02 Déc 2011 08:59

Quand je vois tout ce "bordel", je ne regrette pas un instant d'avoir voté non à cette constitution rédigée par le si progressiste Giscard d'Estaing,non à cette Europe du fric, de la finance et des milieux boursiers. :twisted:
L'Europe, oui, mais surement pas celle-la.
Malheureusement,les gouvernants n' ont n'a pas tenu compte du vote des Français. "On n'a pas fait assez de pédagogie", façon codée, dans leur langage à eux, de dire, "vraiment , ils sont trop c..."
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

„Den leeren Schlauch bläst der Wind auf, den leeren Kopf der Dünkel.“
Matthias Claudius (1740-1815), dt. Dichter

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Ven 02 Déc 2011 10:22

Et les socialistes n'ont pas été les derniers a profiter du système en abandonnant la classe ouvrière au Front National qui va rafler toute la mise dans le cadre du "tous pourris". :|
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 805
Inscription: Lun 07 Juil 2008 21:44
Localisation: dans l'Aveyron pays du roquefort

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar mamath » Ven 02 Déc 2011 23:29

fifititi a écrit:On ne peut pas avoir sans arrêt le beurre et l'argent du beurre.
Les Français doivent choisir. :


disont que la France à eu ça pendant 10 ans , l'Euro lui a permis d'emprunter à des taux très bas , mais plus pour ses frais de fonctionnement que pour l'investissement , juste un chiffre qui fait réfléchir , je ne suis pas contre les emplois publics , mais ont compte 50 agents publics en Allemagne pour 1000 habitants contre 90 pour la France , et les deux pays selon une étude ont la meme qualité de service public , cherchez l'erreur :?:

je veux bien que la France aient besoin de plus d'agents publics que l'Allemagne , mais avoir un tel écart ....... :roll:

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 1328
Inscription: Mar 25 Avr 2006 16:06
Localisation: Strasbourg/Strassburg

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar Tenzin » Sam 03 Déc 2011 14:06

"Le couple franco-allemand s'impose dans la gestion de la crise de la zone euro mais la crainte de voir Berlin dicter sa loi réveille de vieux démons en France et menace un mariage de raison plus que d'amour. La gauche, en particulier, entonne le refrain d'une France à la remorque de l'Allemagne, faisant craindre à certains que la germanophobie ne s'invite dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2012 en France.
"Depuis plusieurs mois, c'est Mme Merkel qui décide et M. Sarkozy qui suit", a ainsi déclaré cette semaine à Bruxelles le candidat socialiste François Hollande, qui se rendra dimanche et lundi à Berlin pour y assister au congrès du parti social-démocrate allemand, le SPD. Le "troisième homme" de la primaire socialiste, Arnaud Montebourg, est allé encore plus loin, accusant Angela Merkel "d'imposer à la zone euro un ordre allemand" par "nationalisme" et de mener une "politique à la Bismarck". La référence à l'ordre pour qualifier l'Allemagne et l'évocation du premier chancelier allemand Otto von Bismarck, célèbre pour son casque à pointe et pour avoir déclaré la guerre à la France en 1870, ne sont pas anodines.
Elles sont aussi "irresponsables", pour le chef de la diplomatie française, qui a publié vendredi un rare communiqué à teneur politique pour dénoncer l'attitude des socialistes.
"Par pure tactique politicienne, avec pour seul objectif l'affaiblissement du président français, les socialistes prennent les risques de ressusciter en France les vieux démons de la germanophobie", y déclare Alain Juppé, qui avait été précédé dans la critique par l'écologiste Daniel Cohn-Bendit.
Germanophobes, les Français ? Non, répond le politologue Stéphane Rozès, président de la société d'analyse et de conseils Cap. "Il n'y a pas de germanophobie dans l'opinion française, il y a seulement dans une partie de l'opinion une interrogation sur l'équilibre dans ce couple franco-allemand", dit-il à Reuters. "Dans la classe politique, il y a dans le même temps une interrogation sur ce que fait et ce que veut l'Allemagne. On veut savoir si elle regarde l'Europe ou si elle regarde le monde."

Suite de l'article:
http://fr.news.yahoo.com/la-crainte-lal ... 47758.html

On a bien-sûr le droit de critiquer la position et le poids politique de l'Allemagne sans être taxé de germanophobie, par contre, le fait de sous-entendre que les dirigeants allemands rappellent Bismark, ou pire le pan-germanisme, insinuant une volonté de contrôler-diriger l'Europe, ça ça relève bien de "phobie" et de fantasme...

AllemagnOnaute Confirmé
Messages: 61
Inscription: Jeu 07 Oct 2010 19:21

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar djoss » Lun 12 Déc 2011 23:24

Je voudrais aussi mettre mon grain de sel dans cette discussion.

En Europe les peuples souffrent et ils vont souffrir de plus en plus ; ils souffrent certes aussi ailleurs mais en l'occurrence le sujet est l'Europe. En Grèce, les plans d'austérité ont précipité toute une population dans la précarité la plus totale et ce n'est pas fini ; en France on y vient doucement. Ne parlons pas de l'Espagne, de l'Italie ni de la Grande Bretagne (hors zone euro). Et en Allemagne ? Dans ce pays, présenté, en France notamment, comme un modèle économique (ce sont les libéraux qui disent ça), j'apprends ce matin sur France-Culture que des chiffres sont sortis aujourd'hui en Allemagne qui indiquent que l'espérance de vie, depuis 10 ans, a reculé dans ce pays, à l'ouest de 2 ans et de 4 ans dans l'ex-RDA, chez les plus pauvres. Et tout ceci dans un pays qui compte environ 9,5 millions de précaires (chômeurs, petits boulots, mini-jobs,…) ; il est vrai que Hartz IV est l'œuvre d'un gouvernement SPD, c'est-à-dire théoriquement de gauche ; la droite n'a eu qu'a continuer le sale boulot… Mais il paraît que cette cure sociale fait décoller le pays (les pauvres apprécient).

Alors de quoi s'agit-il en fin de compte dans cette histoire de crise de la dette ? Les pays concernés étaient déjà endettés il y a, disons 5, 7 ans, mais la crise, entrainée par cette affaire des subprimes, est arrivée dans un contexte de baisse généralisée des rentrées fiscales (dans tous les pays européens) ; et au moment du renflouement des banque par les états, comme ceux-ci n'ont imposé aucune contrepartie (normal : c'est le même monde, les gouvernements sont au service des intérêts financiers et non des peuples), ces banques et autres fonds spéculatifs ont pu s'en donner à cœur joie dans la spéculation sur les dettes des états (voir un excellent petit bouquin d'Attac : "le piège de la dette publique").

Tout ceci illustre bien que le fond du problème est la cupidité, la rapacité de ces financiers prédateurs et non les peuples : par exemple pour la Grèce, tel établissement se finance à 1% auprès de la banque centrale pour préter à ce pays à 7%. ; résultat : on se met 6% dans la poche sur le dos de ces Grecs qui n'ont qu'à se débrouiller, et ceci est calculé sur des milliards… Et maintenant, par des décisions absolument non démocratiques (voir les mises en place de financiers aux gouvernements en Grèce, en Italie et bientôt ailleurs), c'est la finance qui est au pouvoir, les voix du peuple ont été confisquées (au passé : les nons français et néerlandais au TCE en 2005 et au présent : la simple évocation d'un référendum en Grèce en 2011 a mis en fureur Merkosy).

Je reviens sur l'Allemagne : beaucoup d'économistes ou de personnes autorisées nous disent : il suffirait d'annoncer officiellement et solennellement que la BCE devienne prêteur en dernier ressort ou bien qu'elle achète – beaucoup plus que maintanant - de la dette souveraine (= planche à billets, mais peu importe) et alors la spéculation s'arrêterait tout de suite ; certains disent que même s'il y avait un peu d'émission de monnaie, on n'aurait pas d'inflation. C'est ce qui se passait en France jusqu'en 1973, année où Pompidou, ami des banquiers, a obligé le Trésor Public a emprunter auprès des marchés financiers (à taux élévé) au lieu de la banque de France, à taux très faible (cette histoire commence à être connue) et les différents textes européens, par la suite, ont entériné ce principe avec la BCE.

Et c'est là que Merkel et son gouvernement (je dis bien que je ne parle pas de la population allemande) pèsent d'une responsabilité écrasante. Ne parlons pas de Bismarck mais plutôt de Thatcher : c'est tout ce que ce gouvernement de droite veut imposer à l'Europe, c'est la destruction de l'état social, la négation de l'expression démocratique de chaque pays (règle d'or, etc…) ; c'est ce néolibéralisme qu'ils veulent graver dans le marbre des traités futurs, encore une fois sans que les peuples soient consultés, et tout ceci est relayé allègrement par les gouvernements de tous les pays, les Sarko et les autres.

Je n'ose pas parler pour finir de la montée inexorable des populismes, xénophobies, et autres nationalismes, déjà là, quasi au gouvernement dans plusieurs pays.

Pour qui faudra-t-il voter dans l'avenir ?

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Mar 13 Déc 2011 10:11

djoss a écrit:Je reviens sur l'Allemagne : beaucoup d'économistes ou de personnes autorisées nous disent : il suffirait d'annoncer officiellement et solennellement que la BCE devienne prêteur en dernier ressort ou bien qu'elle achète – beaucoup plus que maintanant - de la dette souveraine (= planche à billets, mais peu importe) et alors la spéculation s'arrêterait tout de suite ; certains disent que même s'il y avait un peu d'émission de monnaie, on n'aurait pas d'inflation. C'est ce qui se passait en France jusqu'en 1973, année où Pompidou, ami des banquiers, a obligé le Trésor Public a emprunter auprès des marchés financiers (à taux élévé) au lieu de la banque de France, à taux très faible (cette histoire commence à être connue) et les différents textes européens, par la suite, ont entériné ce principe avec la BCE.


Le problème a été contourné puisque la BCE va prèter de l'argent (des centaines de milliards d'euros je suppose) au FMI afin que cette institution rachète la dette souveraine des pays les plus endettés (en quantité illimitée je suppose) pour éviter tout simplement que le système s'effondre.

Donc le risque finale ne reposera plus sur l'Allemagne mais sur tout le monde (et c'est exactement ce que l'Allemagne voulait).
:mrgreen:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Mar 13 Déc 2011 15:34

djoss a écrit:Pour qui faudra-t-il voter dans l'avenir ?


En tout cas, de mon point de vue, pas pour les extrêmes qu'elles soient de droite ou de gauche car elles ont toutes l'inconvénient de proposer des solutions trop simples à des problèmes trop compliqués.

Or, dans la vie rien n'est tout blanc ou tout noir mais tout est gris. :mouaif:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18487
Inscription: Mar 28 Nov 2006 15:51
Localisation: Alsace

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar michelmau » Mar 13 Déc 2011 16:04

fifititi a écrit:des problèmes trop compliqués.

On peut aussi se demander si les gouvernants ultralibéraux n'ont pas tout interêt à faire croire au bon peuple que "ces problèmes sont beaucoup trop compliqués pour que vous compreniez, rentrez chez vous, nous nous occupons de tout" ....et soyez encore heureux que nous nous en occupions !"
Ca m'a toujours fait marrer, les gens qui déclarent d'un air entendu ;"c'est pas si simple que ça", ou encore ;"c'est beaucoup plus compliqué que ça."
L'harmonie est un équilibre fragile. Pour y contribuer, respectez activement les règles de bonne conduite.

„Den leeren Schlauch bläst der Wind auf, den leeren Kopf der Dünkel.“
Matthias Claudius (1740-1815), dt. Dichter

Grand AllemagnOmaXien
Avatar de l’utilisateur
Messages: 5702
Inscription: Lun 05 Jan 2009 21:38

Re: Crise grecque/crise de l'euro

Messagepar fifititi » Mar 13 Déc 2011 16:40

Tu as raison.
C'est la même chose avec le nucléaire : "Faite nous confiance, de toute façon vous n'y comprendrez jamais rien." :mouaif:
"Lorsque vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, est nécessairement la vérité."
Arthur Conan Doyle

PrécédenteSuivante
 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Retourner vers Actualités et événements allemands

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités